la peur de l'échec en thèse

Beaucoup de doctorants me disent « j’ai peur de l’échec en thèse ». Cette phrase est assez vague et peut sous-entendre de nombreuses réalités différentes. Dans cet article, nous allons discuter ce que cette phrase signifie, engendre et comment vaincre cette peur de l’échec en thèse.

Cet article fait partie d’un événement interblogueur « La peur de l’échec » organisé par Xavier du blog gérersontemps.fr. Je t’invite à aller lire son article pour sur la prise de responsabilités.

Avoir peur d’échouer en thèse et donc rester dans le brouillard

Avoir peur d’échouer. Encore faut-il avoir défini ce que nous voulons accomplir, car on ne peut échouer ce que l’on ne définit pas. C’est pour cela que de nombreuses personnes préfèrent rester dans le brouillard et ne pas clarifier, car s’il n’y a pas d’objectif clair, nous ne pouvons échouer. Cette peur d’échouer nous fait donc refuser de chercher la lumière au bout du tunnel. Nous décidons de rester dans ce tunnel obscur et sombre, car nous pensons ne pas y échouer alors que c’est exactement l’endroit dans lequel nous échouons.

Dieu et création de la lumière

Absence d’émotions positives

Le problème avec cette approche c’est que nous nous retrouvons sans capacité de ressentir des émotions positives. Une grande part des émotions positives que nous ressentons provient de cette sécrétion de dopamine (hormone du bonheur, de la motivation) lorsque nous agissons pour atteindre un objectif.

gratification retardée

Rester dans le brouillard nous prive donc d’émotions positives.

Avoir peur d’échouer en thèse nous paralyse

Avoir peur d’échouer en thèse paralyse. C’est la rencontre avec Méduse, nous faisons face à cette peur et la réponse naturelle est la paralysie, la transformation en pierre. C’est ce que fait le Basilic dans Harry Potter, qu’il paralyse. Face à cette peur, nous réagissons comme des lapins, nous sommes paralysés et espérons passer inaperçus.

le basilic nous paralyse

Passer inaperçu

Passer inaperçu nous aide à réduire notre souffrance, car il y a du danger à être visible. C’est pour cela que les zèbres ont des rayures, pour se camoufler et ressembler aux autres zèbres. Si tous les zèbres se ressemblent, le lion ne peut en sélectionner et chasser un, car les uns ressemblent aux autres. Marque un zèbre avec de la peinture et il se fera manger par le lion rapidement, car il sera différent et identifiable.

La paralysie nous bloque et nous fait échouer

En compétition sportive, nous pouvons aussi nous retrouver paralyser. Dans mon cas, je pratique l’escrime de plus de 15 ans. Lorsque j’étais plus jeune et que je me retrouvais à patienter avant un match en compétition, mon cerveau s’inquiétait. Lorsque je commençais le match, je ne tirais (combattait) pas à mon plein potentiel, mon corps était effrayé, paralysé et me rendait crispait, me ralentissait. Je n’étais pas capable de déployer mon vrai jeu et la conséquence de cela est que je me faisais toucher (perdais le point).

Le paradoxe de la peur de l’échec, c’est que cette peur nous paralyse et c’est cette paralysie qui va nous faire échouer.

Être conscient de nos vulnérabilités et donc de la possibilité d’échouer

Il faut commencer par ouvrir les yeux et réaliser la présence du serpent dans le jardin est une étape importante pour vaincre la peur de l’échec en thèse. Le serpent représente cette peur, le chaos, le problème à résoudre, la difficulté à surmonter. Ce serpent a toujours été présent et sera toujours présent, ça a toujours été comme cela, c’est notre réalité. On ne peut chasser le serpent du jardin, car il reviendra toujours.

Nous sommes vulnérables

Nous pouvons échouer et sommes anxieux, car nous sommes humains et avons des vulnérabilités. Ce sont ces vulnérabilités qui nous rendent appréciables. Superman est un héros intéressant, car il possède une vulnérabilité : la kryptonite. Sans cette vulnérabilité, il n’est pas intéressant.

La réponse naturelle lorsque nous réalisons nos vulnérabilités est de vouloir les cacher. C’est ce que font Adam et Eve après avoir mangé le fruit de la connaissance du bien et du mal, ils se cachent, car ils découvrent leurs propres vulnérabilités.

Jardin d'eden et serpent

Regarde là où tu ne veux pas regarder

Tu risques de rencontrer des difficultés pendant ton doctorat, car une thèse ne se fait pas en un clin d’œil. La solution est d’ouvrir les yeux sur le problème, de regarder pour éclairer l’endroit qui doit être éclairé. La solution au problème est probablement là où tu veux le moins regarder. Peut-être que la façon dont tu regardes chaque action, le doctorat et le monde aujourd’hui n’est plus adaptée pour ton épanouissement. Ce dont tu as besoin se trouve là où tu ne regardes pas encore.

Il faut définir cette peur

Il faut dévoiler ses vulnérabilités. Montrer que nous ne savons pas tout, que nous avons des limitations, car c’est ce qui nous rend humains. Donc si tu as peur d’échouer, définis clairement d’où provient ta peur, vas à la racine de cette peur. Comprendre seul est parfois compliqué, parler de nos peurs avec d’autres personnes aide, car parler aide à structurer nos pensées. Donc partage ta peur d’échouer pour te rendre compte de sa signification. Définir cette peur est essentiel pour pouvoir la surmonter. De plus, cela va t’aider à surmonter le syndrome de l’imposteur en thèse.

Définir cette peur et son origine va te permettre de te rendre compte si c’est bel et bien un tigre qui se cache dans le buisson ou simplement un écureuil cherchant des noisettes.

Nous souffrons souvent plus de notre imagination que de la réalité Seneque

Faire face à cette peur de l’échec en thèse

Faire face volontairement

La solution pour surmonter cette peur de l’échec et de faire face volontairement. C’est l’appel à l’aventure d’Abraham par Dieu ou de Bilbo par Gandalf. Nous avons un idéal à atteindre et pouvons échouer, mais nous décidons de faire face volontairement. Faire face volontairement est important, car notre réponse physiologique, émotionnelle, psychologique et hormonale sera différente si nous allons en territoire inconnu par force ou par choix.

La solution se trouve en territoire inconnu. C’est pour cela que le Saint Graal se trouve caché dans une forêt sombre et dangereuse. Trouver cet objet permet de se transformer, mais requiert d’explorer l’inconnu, le chaos. Ce qui a de la valeur requiert d’affronter un dragon.

regarde là ou tu ne veux pas regarder

Faire face pour vaincre sa peur de l’échec

Commence par définir ce que tu dois affronter, quel dragon dois-tu affronter et comment tu pourrais faire pour le vaincre et si tu as le désir de le faire. Si ce dragon est trop gros, choisis-en un plus petit. Fais face à tes peurs le plus possible jusqu’au moment ou tu n’es plus effrayé. Il faut se renforcer, devenir plus fort en affrontant ce qui nous fait peur. Nous n’apprenons pas à ne plus avoir peur, mais nous devenons plus courageux.

Définis quelles actions tu dois entreprendre pour vaincre cette peur en thèse. Quelles actions peux-tu faire pendant ta thèse pour vaincre cette peur de l’échec ? Connaitre les actions va te permettre de commencer à agir et donc surmonter cette peur.

Peterson -to be self conscious - limitation -move forward

Conclusion

Le monde reste dangereux et nous risquons d’échouer, mais il ne faut pas laisser cette peur d’échouer nous paralyser et nous empêcher d’agir.

Une stratégie pour vaincre la peur d’échouer est de ne pas définir de direction, de but. Cependant, cette stratégie nous prive des émotions positives provenant de la poursuite d’un objectif et nous fait donc échouer indirectement. Avoir peur d’échouer nous paralyse. C’est cette paralysie qui risque de nous faire échouer. Il faut devenir conscient de notre vulnérabilité, regarde là où nous ne voulons pas regarder pour définir cette peur de l’échec et son origine et donc identifier si cette peur est un dragon ou un petit écureuil.

Si c’était facile de trouver le Graal, de finir son doctorat, il n’y aurait pas de plaisir à le faire, car tout le monde le ferait.

Je t’invite aussi à me suivre pour recevoir d’autres articles et vidéos sur la thèse :

Et n’oublie pas, nous sommes de vaillants doctorants prêts à se donner les moyens de réussir notre thèse !

À cœur vaillant, rien d’impossible !

Cyprien

Si tu as aimé l'article, tu es libre de le partager ! :)

Donne moi ton avis en commentaires !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Sujets